Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Département des langues, littératures et civilisations étrangères
Navigation
  • Logo UdL
  • Logo de l'université Lyon 2
  • Logo de l'université Lyon 3
Vous êtes ici : Accueil / À la Une / Agenda du département / Section Allemand / La religion dans la constitution de la pensée de l’histoire à l’époque moderne

La religion dans la constitution de la pensée de l’histoire à l’époque moderne

Atelier interdisciplinaire
Quand ? Le 09/04/2018,
de 17:00 à 19:30
Où ? ENS de Lyon, site Descartes, D4.314
S'adresser à
Participants Prof. Dr. Daniel Fulda, Professeur invité à l'ENS de Lyon
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

La conscience historique de la modernité va de pair avec une conception sécularisée, qui voit le processus historique déterminé par des facteurs intra-mondains, et rejette toute idée d’une conduite transcendante du monde comme superstition de l’époque pré-moderne. En conséquence, bien des historiographes des Lumières (celles-ci comprises comme phase de formation de l’époque moderne) prennent position contre des lectures religieuses de l’histoire (ainsi Voltaire contre Bossuet). Toutefois, on peut discerner, semble-t-il, la reprise de motifs chrétiens, tels que la supériorité de l’homme au sein de la « Création », ou l’attente d’un « salut », dans l’élaboration de la pensée pour laquelle on forge le concept de « philosophie de l’histoire », par exemple chez Herder et Schiller. On se propose d’examiner dans cet atelier la relation ambivalente entre la philosophie de l’histoire et la religion – opposition ou alliance –, en s’interrogeant sur les raisons de cette ambivalence.

Interdisziplinärer Workshop: Der Faktor Religion im Übergang zum Geschichtsdenken der Moderne

Das Geschichtsbewusstsein der Moderne gilt als säkular, weil es den Geschichtsprozess als innerweltlich bedingt begreift und die Annahme einer transzendenten Steuerung als vormodernen Aberglauben zurückweist. Dementsprechend positionieren sich viele Geschichtsschreiber in der Aufklärung (als der Formationsphase der Moderne) gegen religiöse Geschichtsdeutungen (paradigmatisch: Voltaire vs. Bossuet). Trotzdem scheinen christliche Denkmuster wie die Superiorität des Menschen innerhalb der ‚Schöpfung‘ oder die Erwartung kommenden Heils eine wichtige Rolle in der Ausformung dessen, wofür der neue Begriff philosophie de l’histoire geprägt wurde, z.B. bei Herder und Schiller. Der Workshop soll sowohl die Positionierung der Geschichtsphilosophie gegen die Religion als auch die Allianzen zwischen beidem thematisieren und nach den Gründen für diese Ambivalenz fragen.

L'atelier a lieu en langue allemande. Les langues de travail sont l’allemand et le français. La médiation linguistique sera assurée (responsable : Romain Becker).

Daniel Fulda a fait des études d’histoire, de germanistique et de sciences de l’éducation à l’université de Cologne. Depuis 2007, il est titulaire de la chaire de littérature allemande moderne à l’Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg (Sachsen-Anhalt) et directeur du Centre d’études interdisciplinaires des Lumières européennes de Halle. Depuis 2015, il est membre du comité exécutif de la société internationale des études dix-huitiémistes (International Society for Eighteenth-Century Studies – ISECS) Ses recherches portent sur les Lumières allemandes et européennes.

Cette manifestation s’inscrit dans le programme du labex COMOD (« Modernités allemandes ») et du laboratoire IHRIM.

Plus d'informations ...

Logo COMOD

Agenda par section